Comment choisir sa cuve / son récupérateur d’eau de pluie ?

Le récupérateur d’eau de pluie est écologique, économique et simple d’installation. Aussi appelé cuve, il est de plus en plus prisé par de nombreux ménages. Cette construction s’est avérée incontournable pour celui qui souhaite arroser son jardin sans avoir une facture d’eau salée. Cependant, le choix d’une cuve dépend de plusieurs paramètres. Voici quelques-uns de ces critères qui vous permettront de savoir comment choisir la meilleure adaptée à vos besoins.

Quelle matière de la cuve privilégiée ?

Le choix d’une cuve de récupération d’eau dépend de la matière utilisée pour sa fabrication. Celles les plus courantes sont :

  • le béton,
  • le ferrociment,
  • le bois,
  • le polyéthylène,
  • le métal ou
  • la fibre de verre.

Par contre, les plus utilisées sont les cuves en béton et en PEHD. Celles en béton sont employées pour les nouvelles constructions ou récentes et sont souvent enterrées. Leur recyclage est cependant cher. De plus, le coût de leur installation est onéreux.

Cela est notamment dû au poids du béton qui nécessite l’usage d’un engin de levage. Cette procédure entraîne des coûts supplémentaires. Il est possible d’utiliser un récupérateur d’eau de pluie pour des installations dans les vides sanitaires ou en sous-sol. Dans ce cas, il est préférable de se tourner vers une cuve en PEHD.

En effet, le polyéthylène est un matériau léger, ce qui facilite son transport et son installation. Par ailleurs, le PEHD de par ses composants est facilement recyclable et est très résistant. Il résiste surtout aux poussées du sol. Enfin, les cuves en PEHD intègrent souvent une protection anti-UV.

Voir aussi   Comment installer une cuve récupérateur d'eau de pluie ?

Quid de la contenance de la cuve pour eau de pluie à choisir ?

La taille d’une cuve de récupération d’eau est également un élément important à prendre en compte lors de l’achat de ce matériel. Pour faire un bon choix, trois paramètres sont à considérer. Il s’agit de vos besoins, la surface du toit puis la pluviométrie de votre région. Pour une pluviométrie moins importante et pour une petite surface, il vaut mieux privilégier une cuve de faible volume.

Si la superficie du toit est importante ou qu’il s’agit d’une région pluvieuse, optez alors pour un contenant pouvant retenir plusieurs litres d’eau. Aussi, une cuve de récupération pour une eau qui sera utilisée à l’intérieur sera forcément plus petite. Celle dont l’eau est destinée à un usage extérieur est plus importante. Par ailleurs, la taille du récupérateur doit être choisie compte tenu des besoins en arrosage. Ces derniers ne sont pas aussi considérables lorsqu’il s’agit d’un jardin.

Cuve extérieure ou cuve enterrée : quel type de récupérateur choisir ?

Pour être sûr de trouver une cuve de récupération d’eau de pluie adaptée, vous devez considérer le type d’installation que vous souhaitez construire. Il y a généralement deux types d’installations, celles hors-sol et enterrées.

L’installation d’une cuve hors-sol

Les cuves extérieures sont prisées tout d’abord pour leur côté esthétique et décoratif. Si certains modèles imitent une amphore géante ou encore une colonne romaine, d’autres par contre restent sobres. Ces derniers prennent le moins de place possible et sont souvent recouverts de bois ou en plastique.

Voir aussi   Peut-on mettre du fioul dans une cuve a eau ?

L’installation d’une cuve hors-sol est très simple à réaliser. Ce type de construction est conseillé surtout pour les récupérateurs d’eau de pluie conçus avec un matériau léger. En effet, le raccordement de ces types de cuve à la gouttière est simple à effectuer grâce aux kits. Pour y arriver, vous devrez tout d’abord déblayer le sol.

Posez par la suite deux parpaings pour maintenir le récupérateur. À l’aide d’une scie cloche, percez la cuve au niveau du branchement, à la descente de la gouttière. Ensuite, installez sur la descente le filtre de la cuve préalablement découpée.

L’installation d’une cuve enterrée

Les récupérateurs à enterrer sont à choisir si vous ne souhaitez pas perdre de la surface sur votre terrasse ou dans votre jardin. Elles sont les mieux adaptées si vous voulez que votre réservoir reste discret. De même, l’installation enterrée est conseillée pour les cuves en béton. En réalité, une fois que vous avez déterminé l’emplacement, vous devrez faire un trou. Vous y déposez un lit de sable d’environ 20 cm, voire plus.

Cela permet de prévenir les déformations qui pourraient survenir au niveau de la cuve. Si vous êtes dans une zone argileuse ou humide, il est conseillé d’ajouter un radier en béton. Des raccordements du système au réseau de la maison seront nécessaires en cas d’une utilisation à l’intérieur.

En revanche, que ce soit l’une ou l’autre des installations l’intervention d’un professionnel est nécessaire. Il faut noter que la distribution d’eau est assurée par des robinets incorporés au système. En plus, il est recommandé de prévoir les travaux d’installation du système en même temps que le terrassement. Vous ne pouvez procéder de cette manière que lorsqu’il s’agit d’une nouvelle construction. Cela vous permettra d’éviter des tarifs supplémentaires. Cela vous aide également à identifier dès les travaux les contraintes liées à l’installation de la cuve.

Voir aussi   Faut-il déclarer l'achat d'une citerne d'eau de pluie ?

Somme toute, tous ces paramètres sont à absolument considérer lorsque vous décidez d’acheter une cuve de récupération d’eau.

Laisser un commentaire